En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies [ou traceurs] destinés à mesurer son audience.
Portes de Bretagne

Rentrer plus rapidement à son domicile après une hospitalisation : c'est possible

Mis à jour le 04/04/2016

Retourner à son domicile dès que l'hospitalisation n'est plus nécessaire est une volonté croissante des patients. Mis en place en 2013 pour le retour de maternité après un accouchement, le programme d'accompagnement du retour à domicile (PRADO) est désormais proposé aux patients hospitalisés après une décompensation cardiaque ou une intervention orthopédique.

Le programme d'accompagnement du retour à domicile (Prado)

Le programme est proposé aux patients par un Conseiller de l'Assurance Maladie (CAM), au sein de l'établissement de santé, dès que l'hospitalisation n'est plus jugée nécessaire par l'équipe médicale. Si le patient adhère au programme, le CAM prend contact avec les professionnels de santé libéraux choisis par le patient pour organiser son retour à domicile dans les meilleures conditions. Le médecin traitant est également informé.
  • Les patients en insuffisance cardiaque

Le programme prévoit qu'une infirmière libérale formée spécifiquement aux problèmes cardiaques se déplace chaque semaine au domicile du patient les deux premiers mois, pour vérifier son état de santé et le conseiller (diététique...). Le cardiologue reçoit le patient en consultation un mois après la sortie d'hospitalisation. Le médecin traitant coordonne le suivi de son patient et réalise une consultation dans les sept jours qui suivent la sortie d'hospitalisation et deux mois après. A l'issue des deux premiers mois, si le médecin traitant l'estime nécessaire, l'infirmière poursuit ses visites deux fois par mois durant les quatre mois suivants.
  • Les patients ayant subi une chirurgie orthopédique

Il s'agit des patients opérés d'une des 23 interventions* d'une liste établie par la Haute autorité de santé (HAS) et ceux qui, ayant été hospitalisés pour une fracture, ont développé un risque de fragilité osseuse. Le programme prévoit l'intervention d'une infirmière libérale et d'un masseur kinésithérapeute.
  • Des prestations « d'aides à la vie »

Si nécessaire, le service social hospitalier ou le cadre de santé initie la démarche « d'aides à la vie » afin que le patient bénéficie d'une prestation d'aide à domicile, de portage de repas ou de téléassistance au titre de l'action sanitaire et sociale de la MSA.
Dans tous les cas, le CAM réalise un bilan de satisfaction en fin de programme.
 
Pour le bien-être du patient et pour maîtriser les dépenses de santé, l'Assurance Maladie compte développer ces programmes de retour rapide à domicile, dans les meilleures conditions pour le patient, dès que l'hospitalisation n'est plus nécessaire.


*Actes chirurgicaux et orthopédiques ne nécessitant pas, pour un patient justifiant des soins de masso-kinésithérapie, de recourir de manière générale à une hospitalisation en vue de la dispensation des soins de suite et de réadaptation.

Lire un article sur le même sujet

Nous avons publié un article sur ce sujet dans le n°37 de Territoires, votre revue trimestrielle.